Nausicaa de la vallée du vent
// Oomu / Artistes / Hayao Miyazaki / Nausicaa de la vallée du vent / Interview

Source:

Couverture de Shuppatsuken

Ikiiki mizu book: Eau vivante, Eau aimante

Asahi Original, Kurashi to kankyou; 20 juillet 1994

Réimprimé dans Shuppatsuken, publié par le studio Ghibli en 1996

Shuppatsuken, est un livre cotenant des essais et des interviews de Miyazaki, des croquis et idées de Miyazaki et un essai de Takahata

Traduit du japonais à l'anglais par Ryoko Toyama

Traduit en francais par Julen Bruna

Remarque

Traduction réalisé pour le plaisir personnel uniquement. Le traducteur est responsable de toutes erreurs de traduction ou de mauvaise compréhension due à celle-ci.

Note du traducteur

1. Ceci est basé sur les croyances animistes que des dieux (ou esprits) sont en toutes choses, naturelles ou faites pas l'homme.

Interview de Miyazaki à propos de la fin du manga Nausicaa

[Attention: cette interview révèle beaucoup d'informations sur la fin du manga, vous pourriez ne pas avoir envie de les connaitre.]

[...]

Qu'est-ce que l'espoir ? Peut-être est-ce de souffrir avec les personnes auquelles vous tenez ?

La mer de la décomposition dans "Nausicaa de la vallée du vent" est un système que les humains ont mis au point un million d'années auparavant pour purifier l'environnement. Mais même ceux qui l'ont créé ne peuvent pas prédire de quelle manière elle évoluera. Peu importe le nombre d'excellents ecologistes qui travaillerons ensemble, vous ne pouvez le prédire.

Par exemple, nous pouvons planter un camphrier à coté du studio. Mais nous ne savons pas ce qui arrivera à cet arbre. Nous ne pouvons pas prévoir ce qu'il apportera aux humains; va-t-il donner à quelqu'un l'opportunité de tomber amoureux, ou va-t-il tomber et détruire ce bâtiment. Il est arrogant de penser que nous pouvons le prédire. Les humains peuvent préparer les choses, commencer, mais nous ne pouvons pas déterminer ce qui restera là, ou si un dieu restera là ou non.[1.] Je pense que c'est la meilleure façon de voir ce monde.

Les choses prévues et celles qui arrivent vraiment sont différentes. Ainsi, la mer de la décomposition débuta comme un ecosystème artificiel, mais elle changea en quelque chose de différent au fur et à mesure du temps. Cela correspond mieux à mes sentiments de penser que même un forêt créée artificiellement peut agir comme une forêt, et devenir un ecosystème compliqué, au delà de notre imagination, que de penser que ca ne sert à rien de de s'en préocuper, puisque ce n'est pas une forêt naturelle.

L'idée que la nature soit gentille et qu'elle ait créé la mer de la décomposition pour soigner l'environnement que les humains avaient contaminé, ou qu'elle ait fait quoi que ce soit pour les humains est fausse. S'attacher à une vue aussi naïve de la Terre est problématique. J'en suis venu à penser de cette façon en écrivant Nausicaa.

J'avais le sentiment que cela finirait ainsi, depuis le début. Certaines personnes ont dit que ce n'est pas bon, puisqu'une telle fin trahirait le lecteur. Mais cela ne va pas. Il ne peut y avoir un ecosystème avec un but, je ne voulais pas aller dans cette direction, mais j'ai du. Et même si Nausicaa connait la réalité à propos de la mer de la décomposition, il est presque impossible de l'expliquer aux gens avec des mots. Si le lecteur peut voir ce qu'elle a accompli, et peut sentir ce qu'elle va faire à partir de là, c'est suffisant. Nous pouvons parler d'espoir si facilement.

Mais alors, qu'est-ce que l'espoir ? Surmonter des difficultés avec les personnes auxquelles vous tenez, peut-être que c'est ca l'espoir aussi. Nous n'avons pas d'autre choix que de penser que vivre signifie une telle chose. J'ai fini par penser ainsi.

Je ne sais pas ce qu'il se serait passé si j'avais planté de l'herbe et épuré l'eau. Est-ce que ca mènera au futur ? Non, surement pas. Mais, si je ne fait rien, rien ne se passera. Et même si il m'arrive des problèmes dans la vie (en ayant fait quelquechose), j'ai décidé de les apprécier.

Mais à la minute ou nous nous disons cela, nous ne savons pas ce qui va se passer, nous ne savons pas que nous n'avons pas d'autre choix que de le laisser se passer, il arrive alors un nouveau problème. Je peux voir ce qu'il va se passer. La phrase dans la chanson "Saigo no News" (la dernière nouvelle) par Yousui Inoue; "Les humains débordent de la Terre, et ils tombent au bout de la mer"-- c'est cela. Que nous y pensions ou pas, c'est inscrit dans notre conscience à tous.

De nos jours, si nous divisons toutes les terres, en incluant les déserts et les régions polaires, par la population, nous avons 170 mêtres carré par (capita). Dans 50 ans, quand nous seront 10 billions, ca sera 120 mêtres carré. Quand nous dépassrons 50 billions, il n'y aura plus d'autres créatures que les humains. Asimov, l'écrivain de science fiction, avait calculé que 50 billions est la limite imposée par les matériaux organiques fabriqués par photosynthèse sur Terre.

Que devons nous faire pour vivre ? Nous n'avons pas d'autres choix que d'avoir beaucoup d'enfants.

[...]

Nous n'avons pas d'autres choix que de penser que les hommes peuvent aussi bien devenir 10 billions que 200 millions dans le futur, et c'est humain. Comme il y a eu beaucoup d'exemples au cours de l'histoire, il y aura de nombreuses tragédies dans le futur. Alors, que devons nous faire pour vivre ? Nous n'avons pas d'autres choix que d'avoir beaucoup d'enfants. Nous n'avons pas d'autres choix que de penser que vivre signifie vivre géné par nos enfants, vivre en souffrant de maladies. Ainsi, ces temps-ci, quand je suis invité à un mariage, je dis juste : "Ayez beaucoup d'enfants.". Cela ne sert à rien de penser au futur. Je ne veux pas dire inutile, mais, les humains sont de tels êtres. Ainsi si vous me demandez ce qui est le mieux, c'est d'avoir des enfants, et d'être géné par ceux-ci.

Si nous disons que rien ne marche, alors rien ne marche. Mais vous devrez mourir un jour, ainsi, si vous dîtes que ca ne sert à rien, rien ne sert. Mais les humains ont arrêté de s'éteindre. C'est sûr.

Il a été dit que les dinosaures ont disparus des suites de l'évolution, mais l'histoire a changé récemment. Ce n'est pas Nemesis qui leur infligea une punition qu'ils avaient méritée, mais c'est une énorme météorite qui s'est écrasée sur Terre, et apporta un climat semblable à un hiver nucléaire, qui tua les dinosaures. Ou bien, une autre théorie dit que ce n'est pas une météorite, mais la Terre qui traversa une époque de grands mouvements crystallin. Des volcans entrèrent en éruption et 70% des espèces périrent, renouvelant l'écosystème. La Terre n'est pas gentille. Si cela n'était pas arrivé, les dinosaurs auraient continué de prospérer. Ils ont péris à cause de la Terre et non à cause d'eux-mêmes.

A la fin du 20e siècle, c'est devenu la théorie générale. Cela veux dire que les humains ont décidé de vivre, même si nous continuons de nous étendre sans limites et de produire de la polution.