Transports Japonais
// Oomu / Document / Transports

Souvent représentés dans les productions venant du Japon, entre autres celles du studio Ghibli, les transports de ce pays possédent des particularités propres qu'il peut être intéressant de connaitre pour apprécier des détails qui normalement se fondent dans le paysage mais peuvent nous interloquer en tant qu'occidentaux.

Les Transports Japonais (Nihon Koutsuu)

Le métro (chikatetsu)

Présent dans les grandes villes, il est célébre pour être bondé aux heures de pointe lorsque les millions de Salary-man se rendent et rentrent du travail.

Il n'en est pas moins essentiel comme dans toute grande ville pour se déplacer. On peut en voir des exemples dans des scènes de Mimi o sumaseba ou Le voyage de Chihiro.

Les différences avec nos métros sont néanmoins nombreuses:

Intérieur des rames

Il n'y a pas de rangs de siège comme dans, par exemple, les métros parisiens, les sièges présents sont beaucoup moins nombreux et se présentent en rang alignés dos aux vitres.

Ceci permet de maximiser l'espace offert aux voyageurs debout et donc de faire entrer encore plus de monde dans une rame. Les rames sur certaines ligne ne sont pas séparées entre elles, on voit d'un bout à l'autre du métro, cette astuce permet encore de gagner de l'espace. Les rames sont climatisées et une voix vous annonce les stations où vous vous trouvez, les correspondances et les consignes de sécurité d'usage.

Kippu uriba

Le paiement du transport s'effectue au voyage, c'est à dire que pour se rendre d'un point A à un point B, vous achetez le ticket personnalisé pour ce voyage dans l'une des nombreuses machines à votre disposition. Même dans les petites gares, il y en a toujours au moins deux ou trois, voire au pire il y a toujours quelqu'un au guichet.

On peut se demander que se passe t'il si on prévoit mal son trajet et que l'on doive se rendre à une station plus éloignée que celle pour laquelle on a payé son billet, là aussi il suffit de s'acquiter d'une simple formalité. Dans toutes les stations, prés des portiques de sortie se trouve une machine appelée Fair Adjust (en anglais dans le texte), on y introduit son ticket, et il suffit de s'acquiter de la différence de la somme puis de sortir normalement avec le ticket ainsi modifié.

On appele le comptoir où se trouvent les machines à tickets KIPPU URIBA (point de vente des billets).

Portiques

Les barrières des portiques présents aux entrées démontrent bien une mentalité basée sur la coopération entre tous les citoyens et le respect des régles. Les barières sont ouvertes par défaut et ne se refermeront que si l'on tente de passer sans avoir composté son billet ou si son billet est invalide.

Encore une fois en cas de problème, le personnel de la station (Eki-in) n'est jamais très loin pour toute aide, même vous aider à passer vos bagages si vous êtes encombrés.

Eki-in (personnel de gare)

Publicités (aout 2000)

Une chose assez remarquable du métro japonais est cette forêt de publicité, affichée en hauteur, sur les parois au dessus des fenêtres mais surtout des imprimés colorés accrochés au plafond.

Les japonais lisent beaucoup de périodiques et on voit ainsi souvent les gros titres de ces magazines affichés sur ces feuillets ou les annonces pour un film sortant au cinéma.

Le JR (prononcer djai-alu)

un train JR

Les lignes se présentent comme un équivalent entre les trains de banlieue et les trains régionaux français, comme eux ils se déplacent en extérieur et non dans des tunnels. Les trains sont plus gros que les rames de métro mais l'équipement intérieur est identique. Les distances parcourues sont bien plus importantes, et l'on peut ainsi traverser tout Toukyou-to voire aller dans les Ken voisins comme Kanagawa-ken ou Saitama-ken (Pour une définition compléte des divisions administratives du japon consulter la page des moyens d'accès au studio Ghibli).